mercredi 7 juin 2017

Chronique : Les mystères de Larispem, tome 2 : les jeux du siècle de Lucie Pierrat-Pajot

Résumé :


Au début du XXe siècle, les grands jeux de Larispem sont organisés. Carmine, Louchébem et Nathanaël forment l'une des six équipes. Mais ils font aussi face à la redoutable comtesse Vérité, qui manœuvre en secret pour s'emparer de la Cité-Etat. Ils doivent pour cela déchiffrer le livre de Louis d'Ombreville.

Mon avis :



Enfin, la suite des Mystères de Larispem est arrivée ! Je m'y suis plongée presque aussitôt le livre acheté et j'ai plutôt bien aimé malgré quelques mais.

J'ai tout d'abord aimé les liens qui se tissent entre les 3 personnages principaux : Carmine, Liberté et Nathanaël. Ils ne deviennent pas facilement amis, il y a des secrets entre eux, ça colle bien aux relations amicales dans la vraie vie.

Ensuite, j'ai aimé le défilement des actions. Ce second opus est plus rythmé que le premier notamment grâce aux jeux organisés à Larispem qui ressemblent à un jeu de l'oie transposé dans le réel. Également, grâce aux révélations qui sont faites et qui donnent du piquant à l'histoire. On en apprend d'ailleurs plus sur l'origine de Nathanaël qui a été élevé à l'orphelinat et sur Liberté. En parlant de Liberté, l'auteure m'a surprise car je ne m'attendais pas à la façon dont elle évolue. Mon premier sentiment sur l'évolution de Liberté a été la déception et puis, chemin faisant, je me suis dit que c'était logique et même, que c'est bien, que tout ne soit pas tout rose.

Souvenez-vous, à la lecture du 1er tome, mes personnages préférés étaient Liberté et le professeur Valentine. Ceux qui ont déjà lu ce 2nd tome comprendront que je ne peux plus aimer Valentine alors j'ai reporté mon affection sur Vérité, la grande méchante de l'histoire que je trouve très sombre et cruelle. Une vraie méchante dont j'aime l'esthétique. Quant à Liberté, finalement, maintenant elle m'agace et voilà tout.
Concernant Carmine et Nathanaël, je n'ai pas grand chose à en dire. Leur personnalité est là mais je n'arrive pas à m'attacher à eux, à leur relation, à ce qui peut leur arriver en bien ou en mal. Je ne sais pas pourquoi, quelque chose fait que je reste de glace face à ces deux personnages ce qui est dommage car ils sont assez présents dans ce tome-ci.

Lucie Pierrat-Pajot développe son roman au travers de plusieurs attentats commis par Les Frères de Sang qui sont les aristocrates déchus de Larispem. J'imagine qu'elle s'est inspirée de l'actualité mais là encore, je n'ai rien ressenti de particulier. J'ai trouvé que c'était une bonne idée tout comme le fait d'aborder le thème de la corruption d'un gouvernement à travers le personnage de Fiori mais il m'a manqué quelque chose pour que je prenne toute cette histoire au sérieux. Peut-être que le contexte un peu magique de l'histoire participe à la décrédibilisation de ce qui se déroule. 

Je reproche aussi ce que l'on a tendance à reprocher plus largement aux romans destinés à la jeunesse : l'absence totale d'adultes auprès des adolescents. Par des tours de passe-passe Carmine, Liberté et Nathanaël se retrouvent sans la protection d'aucun adulte. Ils se débrouillent tous les trois pour lutter contre une organisation terroriste, des politiciens véreux, des adultes menaçants et il faudrait gober tout ça ?  C'est un peu facile, un peu lassant, un peu redondant, un peu pas possible même si je comprends que c'est plus facile si c'est comme ça mais Pierre Bottero, lui, avait bien réussi son coup avec la Quête D'Ewilan : développer un monde Fantasy dont les principaux protagonistes sont des enfants épaulés, secondés, aidés par des adultes.

Bref, ce second tome des Mystères de Larispem reste une bonne lecture et je lirai la suite. Je vous invite aussi à découvrir cette saga si vous ne la connaissez pas (et la trilogie de Pierre Bottero aussi).



Ma note :

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire