jeudi 24 novembre 2016

Chronique : Le jardin d'hiver de Frédérique de Keyser





Résumé :


Photographe de presse, Sophia se trouve rarement très loin de son objectif. Malheureusement, il n'est pas facile de faire reconnaître son talent, malgré son travail. Alors, lorsque le célèbre Sam Nahash, écrivain mystérieux que personne n'a jamais pu voir, la convoque, elle est plus qu'étonnée.

Mon avis :


J'ai choisi de m'attaquer aux quelques 600 pages du Jardin d'hiver pour l'unique raison qu'il s'agit d'une réécriture du conte de La Belle et la Bête qui est mon conte préféré. J'avais déjà lu Belle, la réécriture de Robin McKinley. Je garde de cette lecture un souvenir agréable et je me souviens que je l'avais trouvé plutôt fidèle au conte de Disney puisqu'à ce jour, je n'ai encore jamais lu le conte original (chose que je réparerai incessamment sous peu).

C'est donc pleine d'entrain que j'ai ouvert mon livre. Pour commencer, le prologue est assez énigmatique mais a révélé que cette fois, j'aurais affaire à une réécriture qui s'éloignait davantage du conte original.

Rapidement, on comprend qui incarne le personnage de Belle : Sophia, une photographe professionnelle dont le talent et la sensibilité ont du mal à toucher le grand public ; la Bête : Sam, artiste et éditeur mystérieux car personne n'a jamais vu son visage alors que son travail remporte un franc succès. Ces deux là se rencontrent grâce aux deux personnages secondaires : Annette qui est l'amie journaliste de Sophia et Shax qui est le sulfureux ami de Sam. Nous suivrons donc l'histoire de 2 couples.

Pour entrer dans le vif du sujet, je vais dire que cette réécriture tient plus de la romance fantastico-érotique. Sur le fond, on retrouve bien du mystère, de la sensualité, le fait de devoir aller au-delà des apparences, la dualité de la Bête, le château de la Bête et les amis qui jouent le rôle d'entremetteurs. Sur la forme on a tous les codes de la romance paranormale érotique, de la bit-lit quoi. Et ça, c'est franchement moins ma tasse de thé.

Sur le développement des personnages, j'ai envie de dire que j'ai trouvé Sophia assez plate, elle se laisse guider, se pose bien quelques questions mais ne revêt rien d'original à mon sens. Sam est le personnage qui m'a le plus convaincu puisqu'il est mystérieux, sa dualité ressort bien, il est cultivé, sensuel et magique. Je vais être plus sévère avec le couple Annette/Shax : personnages que l'on retrouve dans la bit-lit, rien de plus, rien de moins, on aime ou on aime pas. Moi, j'aime pas.

Sur le style de l'auteur, je me suis renseignée un peu après ma lecture. A priori, Frédérique de Keyser est publiée principalement chez J'ai lu pour elle : maison d'édition spécialisée dans la romance.
Le jardin d'hiver est publié chez Pygmalion et apparemment ils ont oublié de faire une petite relecture avant d'envoyer le livre chez l'imprimeur. En effet, le nombre de coquilles est effroyable et a rendu ma lecture pénible puisqu'il manque souvent des mots dans les phrases !! Les tournures de phrases sont parfois très alambiquées ce qui rend la compréhension difficile. Dernier point, l'auteure aime à cumuler les adjectifs dans une seule phrase et ça c'est un peu lourd.
Ceci étant dit, j'ai trouvé la fin très bien écrite et dans un style assez différent du reste du livre. La fin m'a semblé plus travaillée, les idées révélées, les analyses sur ce qu'est la religion dans le sens large sont, selon moi, intelligentes. L’œuvre pourrait gagner en pertinence si elle bénéficiait d'un petit travail de correction et de réécriture (le boulot de l'éditeur en fait).
J'ai aussi été un peu lassée par le nombre de scènes très explicites se situant en-dessous de la ceinture. Tout cela étant un avis très personnel, je suis persuadée que ce roman trouvera bon nombre d'amateurs ! D'ailleurs j'ai apprécié que l'auteure glisse via une réflexion de Sophia le fait que les gens qui n'aiment pas la romance ont tendance à déprécier ce genre alors que, après tout, ce qui compte dans la lecture, c'est de pouvoir y trouver son compte.

Pour résumer, je dirai donc que je n'ai pas totalement trouvé mon compte dans cette lecture car je ne l'ai pas suffisamment trouvé travaillée, je n'ai pas adhéré à la mythologie développée, la fin est très bien écrite mais beaucoup de points restent sans réponse. La fin est même un peu facile puisque les méchants sont vite fait évincés. Malgré les 600 pages, ma lecture a été très rapide car j'y ai trouvé les éléments du conte de La Belle et le Bête que j'affectionne particulièrement.


Ma note :

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire