samedi 7 mai 2016

Chronique : Narcogenèse de Anne Fakhouri

Résumé :


Louise Gaucher travaille dans un service de réanimation. Dès qu'elle le peut, elle s'assoupit auprès de ses malades plongés dans le coma. Elle a le don de voyager dans le « monde des rêves » où les patients choisissent entre la vie et la mort.
Simon Larcher est flic. Il ne boit plus, ne baise plus et ne joue à rien. Il voudrait juste nettoyer le monde de son horreur et de sa tristesse.
Une nuit de janvier, un enfant de la DDASS disparu est retrouvé dans le parc du Chais, propriété de la puissante et riche famille de Louise...

Mon avis :


Narcogenèse est une lecture un peu étrange, à la frontière entre thriller fantastique et conte d'horreur car c'est, entre autre, une réécriture du Magicien d'Oz.

Pour faire simple l'histoire réunit la famille Gaucher dont les femmes sont dotées du pouvoir de voyager dans les rêves. Les femmes Gaucher vont être amenées à côtoyer Simon, policier aux apparences austères, à la suite de disparitions d'enfants, de nombreux comas ou assassinats commis pendant le sommeil d'anonymes. Tous ces mystères semblent être dictés par une seule personne : le Marchand de Sable.

La narration joue sur deux plans : celui du monde réel et celui du monde des rêves, les deux étant reliés par Louise, Diane, Claude et Amélia Gaucher. J'ai trouvé l'exercice courageux de la part de l'auteur. Pour autant, j'avoue m'être moins intéressée aux passages qui se déroulent dans le monde des rêves, les jugeant un peu trop psychédéliques à mon goût. Néanmoins, ces passages permettent de tirer au clair ce qui se déroule en parallèle dans le monde réel.
Si je n'ai pas su apprécier la mythologie liée aux rêves, j'ai en revanche beaucoup aimé ce qui se passe ici-bas. Toute l'intrigue part du Chais, la vieille propriété de la famille Gaucher. On comprend rapidement que quelque chose de pas net s'y trame et pour autant, je me suis attachée à toutes les Gaucher - excepté Louise, trop niaise pour moi. J'ai également apprécié le fait que tous les personnages soient des écorchés, chacun à leur degré, chacun son histoire. Autre point réussit : l'ambiance chape de plomb qui a accompagné ma lecture grâce à plusieurs thèmes : la vieille maison et son mystérieux jardin, ses habitantes bien étranges également, les disparitions d'enfants, les cauchemars et ce personnage sinistre et cruel qu'est le Marchand de Sable.

Globalement, j'ai bien aimé cette lecture mais malheureusement, tout ce qui est relié aux rêves a été d'un tel ennui pour moi que j'ai refermé le livre avec un sentiment trop mitigé pour vous le conseiller. Pourtant, tous les ingrédients que j'aime étaient réunis : vieille demeure familiale, des sorcières, un monstre qui s'en prend aux enfants, un flic, des secrets de famille. Je crois que ce qui m'a gâché la lecture sont toutes les tentatives de parallèles avec le Magicien d'Oz qui n'est pas une histoire que j'aime à l'origine (à cause de Dorothée). Dommage puisque tout le roman tourne autour de ça !


Ma note : 



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire