samedi 23 avril 2016

Chronique : Pars vite et reviens tard de Fred Vargas

Résumé :


Ce sont des signes étranges, tracés à la peinture noire sur des portes d'appartements, dans des immeubles situés d'un bout à l'autre de Paris. Une sorte de grand 4 inversé, muni de deux barres sur la branche basse. En dessous, trois lettres : CTL. A première vue, on pourrait croire à l'œuvre d'un tagueur. Le commissaire Adamsberg, lui, y décèle une menace sourde, un relent maléfique. De son côté, Joss Le Guern, le Crieur de la place Edgar-Quinet, se demande qui glisse dans sa boîte à messages d'incompréhensibles annonces accompagnées d'un paiement bien au-dessus du tarif. Un plaisantin ou un cinglé ? Certains textes sont en latin, d'autres semblent copiés dans des ouvrages vieux de plusieurs siècles. Mais tous prédisent le retour d'un fléau venu du fond des âges...

Mon avis :


Vous le savez certainement si vous me suivez, je ne suis jamais contre un petit policier de la série "Adamsberg" de Fred Vargas. Je trouve ses romans rafraîchissants, bien écrits, sombres mais drôles.

Mais, je dois le dire, Pars vite et reviens tard ne m'a pas autant emballé que ce que j'ai déjà lu de l'auteur. Pour recontextualiser, j'ai commencé à lire cette série en sens inverse. C'est-à-dire que j'ai commencé par lire d'abord les derniers tomes et j'ai finalement décidé de reprendre la genèse de la série avec cet opus. On y trouve toujours le style très littéraire de l'auteur et des personnages hauts en couleur - qui font d'ailleurs la force du roman. Toutefois, j'ai trouvé l'enquête moins passionnante ce coup-ci puisque l'auteur a fait le choix de placer son intrigue autour de la Grande Peste qui a ravagé Paris après la guerre (de ce que je me souviens). Outre cela, l'enquête est un peu pataude, pas très rythmée car Fred Vargas a voulu mettre en valeur les choix de l'assassin par des faits historiques qui reviennent souvent dans le récit et qui ont, à mon sens, alourdis le roman.
Malgré tout, il y a du bien : les personnages complétement farfelus comme je le disais et puis, une fois de plus, je me suis encore fait avoir. Je croyais vraiment avoir trouvé l'assassin ce coup-ci, j'y ai même vu un côté agaçant tant c'était évident... et en fait non. Je reconnais quand même le talent de Fred Vargas. Encore !


Ma note :

3 commentaires:

  1. Je ne connais pas encore Fred Vargas... Qu'est-ce que tu me conseillerais pour une première lecture de cet auteur?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te conseille de commencer par le titre Dans les bois éternels. C'est pas du tout le premier tome mais on comprend très bien ce qui se passe. Moi j'ai commencé par celui-ci et jusqu'à présent c'est celui qui m'a le plus plu. Si tu essayes, tu vas voir, les personnages sont complétement cinglés...

      Supprimer
  2. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer