lundi 21 mars 2016

Chronique : Les orphelines d'Abbey Road, tome 1 : Le Diable vert d'Audren

Résumé :


L’orphelinat d’Abbey Road ne s’est pas toujours appelé ainsi. Son véritable nom, il vaut mieux ne pas le connaître. Il vaut mieux ne pas poser de questions, non plus, ni sur ce sujet ni sur aucun autre. Soeur Ethelred n’aime pas que les enfants posent des questions. Elle dit que Dieu apportera toutes les réponses. Ses réponses à elle, ce sont les punitions. Ce soir, comme chaque soir, les pensionnaires ont dit leur prière et soeur Ethelred a coupé l’électricité dans le dortoir. Mais Joy ne peut pas dormir. Elle pense au souterrain que son amie Margarita a découvert sous l’abbatiale. Qu’y a-t-il au bout de ces couloirs qui sentent le soufre ? Pourquoi Prudence ne parle-t-elle plus depuis qu’elle les a visités seule ? De quoi a-t-elle si peur ? D’où vient cette étrange brûlure sur son bras ? Que cache le mince sourire de Lady Bartropp, la bienfaitrice de l’orphelinat ? Et pourquoi la petite Ginger chante-t-elle sans cesse une chanson en latin sans même s’en apercevoir ? Les réponses sont peut-être là, tout près, dans un autre monde.

Mon avis :


Je le confesse, si j'ai choisi d'intégrer ce livre à ma pile à lire c'est à cause du chat blanc sur la couverture. Voilà voilà. Ensuite c'est le titre qui m'a intrigué : orphelines, abbey, le tout écrit dans une police gothique. Pour finir, l'éditeur : L'école des loisirs, synonyme selon moi de qualité. Ni une ni deux je fonce !

Grand bien m'a pris tant je suis ravie de cette découverte. J'ai passé un excellent moment de lecture, accompagnée d'un groupe de jeunes orphelines un peu maltraitées par les nones qui leur servent de tutrices. On découvre leur quotidien dans ce grand manoir reconvertit en orphelinat grâce aux dons de la généreuse mais cachotière Lady Bartropp. Le groupe de jeunes filles est mené par Margarita, l'aînée du groupe, qui se distingue par sa culture et son répondant face aux religieuses aigries par la vie ecclésiastique. L'intrigue commence réellement lorsque l'une des fillettes disparaît - attirée par un tunnel qui se trouve sous l'église - puis reparaît très affaiblie, rongée par un mal que lui aurait fait une créature néfaste vivant dans ce souterrain. La mission de ses amies est alors de lui sauver la vie mais la tâche est ardue car il s'agit de déjouer l'attention des méchantes nones.

Cet ouvrage destiné à un public à partir de 12 ans a su capter mon attention par son niveau de maturité et par l'imaginaire développé. En effet, Joy, l'enfant que nous suivront dans les 3 tomes à suivre (d'après ce que j'ai compris) va découvrir un monde merveilleux en parallèle de celui dans lequel se déroule la vie de l'orphelinat. Il s'agit  du monde d'Alvénir où vivent des créatures fantastiques et dont l'entrée se trouve dans le bois, derrière le manoir. Audren a créé un monde féérique et onirique dans lequel seuls ceux à qui il manque quelque chose peuvent entrer. C'est vrai, dans ce premier tome, Alvénir est à peine ébauché mais j'ai bon espoir qu'on puisse totalement y entrer dans le second tome que je ne manquerai pas de lire.

Outre l'histoire à laquelle j'ai totalement adhéré, j'ai aussi apprécié les thèmes abordés : l'enfance, la perte de l'innocence une fois passé à l'âge adulte, la question de la religion : faut-il croire en Dieu ? si on ne croit pas en Dieu, est-ce que c'est grave ? Peut-on faire confiance aux adultes ? Tous les adultes sont-ils bienveillants envers les enfants ? J'ai aussi aimé le parti pris de l'auteur concernant l'utilité de la lecture. Grâce au personnage de Margarita, elle montre l'importance de la lecture et en quoi lire permet de se défendre dans la vie. Beaucoup de thèmes sont abordés, de façon subtile, avec de jolies métaphores. Le vocabulaire utilisé est plutôt fin, c'est vraiment un livre à fourrer dans les mains des jeunes adolescents/adolescentes et même dans celles des adultes.

Pour moi, c'est quasi un coup de cœur, je vous recommande cette lecture !


Ma note :





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire