vendredi 18 mars 2016

Chronique : Les Brillants de Marcus Sakey


Cette lecture est en partenariat avec le site Livraddict et les éditions Gallimard que je remercie vivement pour la confiance accordée.


Résumé :


Ils sont dotés de facultés hors du commun. Ils représentent 1 % de la population mondiale. Ce sont les «Brillants». L'agent Nick Cooper, bien que lui-même Brillant, consacre sa vie à protéger les gens normaux en travaillant au sein du DAR, le département chargé de contrôler l’activité de ces surdoués. Pourtant, la traque de John Smith, le Brillant ennemi n° 1, va l’obliger à choisir son camp…

Mon avis :


En voilà un résumé fort alléchant qui a éveillé chez moi beaucoup de curiosité.
De ce livre j'attendais de trouver de l'aventure, du suspens, du rythme. Je voulais un héros hors-norme qui se détache du reste des personnages de par ses capacités. De ce héros, j'espérais une remise en question pour le voir subitement changer de camp, ne sachant lequel représentait le bon ou le mauvais.

Bingo ! Tout ça, se retrouve dans Les Brillants qui se compose de trois parties qui marquent les évolutions ou les rebondissements de ce thriller saupoudré de fantastique/science-fiction/policier.

Dans la première partie, nous faisons connaissance avec Nick Cooper, divorcé, deux enfants, absorbé par son travail au DAR, le département qui contrôle l'activité des Brillants. Lui-même en est un et nous le découvrons à chasser John Smith, considéré comme étant un terroriste Brillant, auteur de crimes violents envers les Normaux. Les Normaux représentent 99% de la population, ce sont les gens du commun, vous et moi. Puis, c'est Nick Cooper qui se trouve à son tour traqué, un retournement de situation qui va insuffler beaucoup de rythme au récit.

Dans la seconde partie, le personnage principal doit prendre des décisions clés, faire face à des dilemmes. En transparence s'installe une romance que j'ai peu apprécié parce que, selon moi, elle n'est pas en phase avec les messages diffusés par le roman. En effet, au-delà du roman d'action, l'auteur laisse transparaitre un plaidoyer contre le racisme, la peur de l'autre. On y lit la défense de la liberté, l'éloge du vivre ensemble, l'acceptation de soi et des autres. Bref, des thèmes très actuels en ce moment. Et voilà que nous tombe du ciel une romance entre Nick Cooper, (un Brillant divorcé d'une Normale - parce que c'est difficile de vivre avec quelqu'un différent de soi) et un autre personnage tout aussi Brillant que notre héros. Ce qui voudrait dire que derrière les beaux discours, finalement, l'adage qui fonctionne c'est davantage "qui se ressemble s'assemble" plutôt que "les opposés s'attirent".

Enfin, la troisième partie, vous l'aurez deviné, c'est le dénouement. C'est la partie que j'ai le plus aimé parce que Nick Cooper y est enfin bien secoué. C'est la partie dans laquelle il est le plus vulnérable donc plus crédible aussi. Les plans des deux camps sont dévoilés et la fin reste ouverte puisqu'il s'agit du premier tome d'une trilogie.  

Une chose est sûre, si j'ai trouvé Nick Cooper un tantinet agaçant à force de le voir se tirer de n'importe quelle situation, il faut avouer que la force de ce roman se trouve dans l'écriture très cinématographique. Markus Sakey use d'une plume très visuelle, il intègre beaucoup de dialogues qui rendent la lecture rapide. Le style est simple, sans fioriture, facilement abordable. Il n'en reste pas moins un style très à l'américaine qui veut en mettre plein la vue, un peu too much à mon goût. Je me suis pourtant surprise à avaler plus de cinquante pages d'un coup alors que j'étais partie pour en lire une petite dizaine mais une page en entrainant une autre...

Me concernant, je ne lirai pas les tomes suivants puisque ce style à l'américaine m'a trop dérangé. Je conseille tout de même cette lecture à ceux qui s'ennuient facilement un livre à la main. Aucun risque de ce côté-ci avec Les Brillants.


Ma note :

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire