lundi 7 mars 2016

Chronique : Le pays des marées de Amitav Ghosh

Résumé :


Au nord-est de l'Inde, à l'embouchure du Gange et du Brahmapoutre, s'étend une vaste région parsemée d'îlots, hostile et déshéritée. On l'appelle les Sundarbans, le pays des marées. C'est là, entre terre et mer, que vont se rencontrer un citadin éduqué, un modeste pêcheur et une étudiante américaine fille d'émigrés. Trois destins étrangement liés, trois visages de l'Inde, trois regards croisés sur son histoire et son patrimoine. Figure majeure de la littérature indienne contemporaine, Amit Ghosh esquisse le portrait d'un pays en pleine mutation, loin des clichés des grandes sagas bollywoodiennes mais avec un sens subtil du romanesque.

Mon avis :


De cette lecture j'attendais de découvrir une petite partie de l'Inde : les Sundarbans ou le pays des marées qui représente un ensemble d'îles fragiles entourées par les fleuves capricieux, à la merci des marées et des tempêtes. C'est bien ce que j'y ai trouvé et mon envie de découvrir des paysages exotiques a été satisfaite. Dans ce roman, c'est la vie humaine et la vie sauvage qui s'affrontent.
L'auteur pose la question de ce qu'il faut protéger : mieux vaut-il laisser des populations pauvres et migrantes s'emparer de lieux sauvages au détriment de la faune et de la flore ? Doit-on laisser ces populations cultiver des terres vierges et construire leurs habitations pour survivre mais piétiner le territoire des tigres ? Un compromis peut-il être trouvé ? Dans ce livre se confrontent des hommes démunis et la nature représentées par les tigres, les dauphins, les crocodiles, la mangrove, les fleuves.

En plus de cette question environnementale, Amitav Ghosh s'attaque aux rapports humains à travers trois personnages : Fokir, pêcheur analphabète mais au demeurant fort charmant, Piya, étudiante américaine et Kanai, un brillant homme d'affaires incarnant la réussite en Inde.
Ces trois personnages se rencontrent sur l'île de Lusibari, l'une des îles qui compose le pays des marées et qui reflète la capacité de l'homme à s'adapter à un milieu hostile mais aussi à mettre en place de nouveaux systèmes économiques.
Mais tout n'est pas aussi facile qu'il n'y parait puisque chez nos trois personnages les sentiments s'invitent à la fête, le tout créant rapports de force, jugement, dénigrement, amertume, amitié... et à la fin, c'est la nature qui tranche.

L'ensemble est écrit dans un style littéraire agréable à suivre, très poétique. Trois points de vue s'entrechoquent : celui de Piya, celui de Kanai et celui de l'oncle de Kanai, un vieil intellectuel marxiste et révolutionnaire décédé.
C'est ce que j'ai le moins aime car, comme à l'accoutumé, les flash-back m'ennuient terriblement. En faire un usage excessif ralentit l'avancée de l'intrigue principale. Or, l'intrigue en elle-même n'est déjà pas bien rapide puisqu'elle avance à la même vitesse qu'une barque de pêcheur sur le fleuve (et la barque avance à la rame !). De même, j'aurai préféré lire le point de vue de Fokir, qui reste passif malgré son importance dans le récit.

Sur le style de l'auteur je pourrai vous parler de la mise en abîme qui est originale mais cela n'ajouterai rien à mon avis général. Mon sentiment est en demi-teinte : les questions soulevées par l'auteur sont pertinentes, les personnages sont approfondis, les rapports de force homme-homme et homme-nature correctement expliqués, la poésie omniprésente. Toutefois, j'ai mis un mois pour finir ce livre sans avoir rien lu à côté. Quelque chose cloche : la lenteur du récit.


Ma note :

2 commentaires:

  1. Dommage que tu n'as pas aimé le roman pourtant quand je lis le synopsie,j'ai envie de le lire sous mon plaid. Je lirai pour mon faire mon idée et je reviendrai vers toi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne pensais pas avoir l'air aussi catégorique :) Ce n'est pas que je n'ai pas aimé ce livre. C'est plus une lecture en demi-teinte à laquelle je reconnais plusieurs qualités mais la lenteur du roman me l'a rendu difficile. J'aime bien que tu veuilles te faire ta propre idée et je serai ravie de lire ton avis. N'hésite pas à revenir me mettre le lien de ton article ici. A bientôt !

      Supprimer