vendredi 25 mars 2016

Chronique : Annihilation de Jeff Vandermeer

Résumé :


Toute cette région était désertée depuis des décennies, pour des raisons qui ne sont pas faciles à raconter. Notre expédition était la première à entrer dans la Zone X depuis plus de deux ans et la majeure partie de l’équipement de nos prédécesseurs avait rouillé, leurs tentes et abris ne protégeant plus de grand-chose. En regardant ce paysage paisible, je ne pense pas qu’aucune d’entre nous n’en voyait encore la menace. »
La zone X est coupée du monde depuis des décennies. La nature y a repris ses droits. Quelques vestiges de civilisation subsistent dans une faune et une flore luxuriantes.
La première expédition décrit une contrée idyllique. La deuxième s’achève sur un suicide de masse. Les membres de la troisième expédition s’entretuent, ceux de la onzième reviennent amorphes et succombent à un cancer foudroyant. Nous suivons la douzième, composée de femmes. Leur mission : cartographier le terrain et ne pas se laisser contaminer par la zone X.

Mon avis :


Annihilation est le premier tome d'une trilogie.  Avec une expédition composée de 4 femmes : une psychologue, une anthropologue, une géographe et une biologiste nous entrons dans la Zone X. C'est une zone clairement dominée par une nature luxuriante, sauvage et forte. La mission donnée aux 4 femmes sera de cartographier cette zone dont les frontières s'agrandissent mystérieusement d'année en année. Onze autres expéditions ont précédé ces femmes, aucun des groupes n'est rentré indemne.
Dès l'arrivée des 4 au camp de base abandonné de la zone X, Jeff Vandermeen créé une atmosphère étouffante, angoissante. Si en apparence rien ne semble anormal dans cet environnement, très rapidement, de petits détails montrent au lecteur que quelque chose d'inquiétant vit ici. Une découverte va appuyer ce ressenti : les 4 aventurières vont trouver une sorte de Tour qui descend dans la terre plutôt que de monter vers le ciel. Sur les murs intérieurs de cette tour, des mots inquiétants sont rédigés. Ces mots ne sont pas écrits à l'encre ou au sang mais plutôt dans une sorte de lichen très vivant.
A partir de cette découverte, tout bascule et tout s'enchaîne. Les femmes disparaissent les unes après les autres, seule reste l'une d'entre elles. Et c'est elle qui va découvrir ce qui se passe ici.

A propos des personnages, ils n'ont pas de nom, nous ne les connaissons que par leur fonction. Cela n'empêche pas de bien cerner leur psychologie même si on en sait peu sur leur histoire personnelle d'avant l'entrée dans la zone X. Le personnage central de l'histoire est la biologiste au travers duquel nous prenons connaissance du récit puisqu'elle en est la narratrice et le récit, son journal de bord.

Le récit, en lui même offre peu d'actions, il est assez lent mais cela ne m'a pas gêné car en parallèle de ce qui se passe dans la zone X, la narratrice nous offre l'histoire de son enfance et la vie qu'elle a mené avec son mari. C'est quelque chose que j'ai apprécié découvrir parce que tout cela a une influence sur son comportement actuel. Ce qui prime avant tout, ce n'est donc pas un enchaînement de faits mais plutôt une ambiance générale, pesante, angoissante, envahissante, à l'image d'une nature puissante qui reprend ses droits.

En conclusion, Annihilation est un thriller psychologique que j'ai aimé lire car l'auteur a réussi a me plonger dans une atmosphère mystérieuse et angoissante. Seul bémol : les dernières pages dans lesquelles la narratrice d'écrit la chose responsable de ce qui se passe dans la zone X. Je les ai trouvé difficilement compréhensibles, carrément psychédéliques, comme si écrites sous l'influence d'une drogue ou  d'une hallucination. En tout cas, je lirai le tome 2 avec grand plaisir.


Ma note : 


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire