lundi 15 février 2016

Chronique : L'Île du Point Némo de Jean-Marie Blas de Roblès



Résumé :



Martial Canterel, richissime opiomane, se laisse interrompre dans sa reconstitution de la fameuse bataille de Gaugamèles par son vieil ami Holmes (John Shylock…). Un fabuleux diamant, l’Anankè, a été dérobé à Lady MacRae, tandis que trois pieds droits chaussés de baskets de marque Anankè échouaient sur les côtes écossaises, tout près de son château… Voilà donc Holmes, son majordome et l’aristocratique dandy, bientôt flanqués de Lady MacRae et de sa fille Verity, emportés – pour commencer – dans le Transsibérien à la poursuite de l’insaisissable Enjambeur Nô.

Par une mise en abyme jubilatoire, cette intrigue rebondissante vient s’inscrire dans les aléas d’une fabrique de cigares du Périgord noir où, comme aux Caraïbes, se perpétue la tradition de la lecture, à voix haute, des aventures de Jean Valjean ou de Monte-Cristo. Bientôt reprise par Monsieur Wang, voyeur high-tech, et fondateur de B@bil Books, une usine de montage de liseuses électroniques…

Mon avis :


Je ne sais plus comment je suis tombée sur ce livre mais grand bien m'en a fait puisque j'ai découvert avec L'Île du Point Némo une petite pépite de la littérature contemporaine française. Une écriture riche, colorée, drôle et belle qui fait du bien à ceux qui ont envie de lire quelque chose de bon. Loin d'avoir une trame linéaire, Blas de Roblès donne à lire plusieurs histoires dont on ne sait jusqu'à la fin si elles ont un rapport les unes avec les autres ou non.

L'intrigue principale est celle du dandy Martial Canterel, de son ami John Shylock Holmes, descendant de la famille de vous savez qui et de son majordome qui vont faire le tour du monde pour retrouver le diamant dérobé à Lady MacRae par l'Enjambeur Nô.

En parallèle nous suivons l'histoire de Charlotte, jeune ouvrière dans une usine de liseuses électroniques et de son patron, Monsieur Wang, féru de concours de pigeons voyageurs.
Il y a aussi l'histoire de Madame Bonnacieux qui fait tout pour rendre sa virilité à son mari impuissant.
Et puis, l'histoire d'Arnaud qui est conteur et lit des livres a des ouvriers pendant leurs heures de travail, éveillant leur conscience révolutionnaire. Il s'occupe en même temps de sa belle épouse Dulcie, plongée dans le coma.

J'ai aimé dans ce livre cet entremêlement de récits qui renouvelle l'entrain du lecteur, qui donne du rythme. A aucun moment je ne me suis sentie perdue car chaque chapitre est la suite de l'une de ces quatre histoires et le talent de l'auteur réside dans le fait que très rapidement le lecteur sait de quelle histoire il s'agit.
J'ai trouvé chaque histoire convaincante et digne d'intérêt car on y trouve des personnages fantasques et farfelus, aux idées ou aux mœurs parfois si tordues que ça en est drôle. L'ensemble du livre comme chaque récit pris individuellement est une ode à la littérature, à la lecture et à l'écriture. L'Île du Point Némo rend hommage aux classiques de la littérature et surtout à Jules Verne, Conan Doyle et Lovecraft. C'est un mélange des genres : steampunk, enquête policière, historique, fantastique, critique sociétale, érotisme...

Je conseille ce livre à ceux qui aiment lire des textes bien écrits et qui n'ont pas peur de ce qu'une imagination débordante peu proposer.


Ma note : 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire