jeudi 21 janvier 2016

Chronique : Les nuits de Reykjavik de Arnaldur Indridadson






Résumé :


Erlendur le solitaire vient d'entrer dans la police, et les rues de Reykjavik dans lesquelles il patrouille de nuit sont agitées : accidents de la circulation, contrebande, vols, violences domestiques... Des gamins trouvent en jouant dans un fossé le cadavre d'un clochard qu'il croisait régulièrement dans ses rondes. On conclut à l'accident et l'affaire est classée. Pourtant le destin de cet homme hante Erlendur et l'entraîne toujours plus loin dans les bas-fonds étranges et sombres de la ville. On découvre ici ce qui va faire l'essence de ce personnage taciturne : son intuition, son obstination à connaître la vérité, sa discrétion tenace pour résister aux pressions contre vents et marées, tout ce qui va séduire le commissaire Marion Briem.

Mon avis :


Un petit policier de temps en temps ça ne fait pas de mal, au contraire. Si j'affectionne particulièrement Fred Vargas, ma curiosité me pousse à découvrir de nouveaux horizons alors je me suis procurée 2 romans policiers islandais de Arnaldur Indridadson pour voir ce qu'il avait dans le ventre. J'ai acheté celui-ci et La Cité des Jarres (le premier tome traduit des enquêtes d'Erlendur) que je vous présenterai ultérieurement.

J'ai choisi de commencer par Les nuits de Reykjavik parce que d'après mes recherches, il s'agit d'un roman qui ne fait pas parti des enquêtes habituelles d'Erlendur. C'est un roman sorti en 2012 qui relate la toute première enquête de ce personnage. On le découvre à l'âge de 28 ans, jeune policier de proximité, il s'occupe de gérer la circulation dans Reykjavik et d'autres délits mineurs (cambriolages, tapages nocturnes). Jusque là, rien de fou, jusqu'à la découverte du cadavre d'un SDF dont il avait fait la connaissance au cours de ses balades dans la ville.

L'intérêt de ce roman n'est pas tant dans l'enquête policière. Je le souligne car j'ai trouvé l'intrigue assez molle. Ce qui est intéressant ici c'est davantage la personnalité d'Erlendur et la façon dont il a fait ses débuts d'enquêteur.

Les points forts de ce roman c'est la découverte de l'Islande et surtout de Reykjavik. Faire connaissance avec les bas-fonds de la ville, de la plèbe et de la pègre. L'ambiance froide, sombre et pauvre de la ville sont bien retranscrits. De ce fait, le lecteur y est totalement immergé.
Les points faibles sont une narration lente et linéaire, qui manque cruellement d'originalité. Nous avons une enquête principale qui tourne autour de la mort d'un sans-abri et une enquête secondaire qui s'intéresse à la disparition d'une jeune femme. Autour de ses deux enquêtes s’entremêlent des faits-divers et de petits délits. Le rythme est lent et la résolution de l'enquête se fait grâce à des choix que j'ai trouvés faciles de la part de l'auteur qui aurait pu faire preuve de plus d'imagination. Toutefois, l'auteur sait manipuler son lecteur jusqu'à la fin en ce qui concerne le/les auteur(s) du crime.

En conclusion, je pense que j'aurais du commencer par La Cité des Jarres dont le synopsis est plus que glauque et garder celui-ci pour plus tard. Je ne conseille pas de découvrir l'auteur par le biais de ce roman. En revanche, il peut s'agir d'un incontournable une fois lancé dans la série d'enquêtes d'Erlendur. Ce fut pour moi une lecture agréable mais sans plus. A vous de juger...



Ma note :


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire