dimanche 31 janvier 2016

Chronique : Ciel bleu, une enfance dans le Haut-Altaï de Galsan Tschinag


Résumé :


Galsan Tschinag raconte son enfance dans la steppe aux confins du désert de Gobi, dans les terres du Haut-Altaï.
Le groupe familial se déplace en fonction des pâturages et des saisons, on monte les yourtes et on rencontre les gens. Les enfants ont une place bien définie que vient troubler l'obligation de scolarisation imposée par le gouvernement communiste. Mais il y a toujours les vacances pour retrouver la grand-mère choisie et adoptée par l'enfant, pour jouer dans la montagne avec son chien et parcourir à cheval ces étendues sans fin où le galop sert aussi à mesurer l'espace et le temps. Un auteur contemporain dont le livre s'inscrit dans la lignée de Dersou Ouzala.

Mon avis :


Ciel bleu est un court récit autobiographique de 156 pages dans lequel Galsan Tschinag raconte de façon très poétique sa petite enfance dans le Haut-Altaï. Le résumé du livre est très fidèle à ce qu'on lit. Le petit garçon dévoile sa vie avec ses parents, son frère, sa sœur et sa grand-mère d'adoption qui vivent en tribu avec ses oncles et tantes, chacun dans sa yourte. C'est un texte très intéressant pour qui souhaite en savoir davantage sur les us et coutumes des mongoles nomades pour qui passe avant tout la vie du troupeau de brebis. Dans les steppes, chacun son rôle : les enfants gardent le troupeau des jeunes brebis et ramassent le crottin, les parents s'occupent des bêtes plus âgées, les hommes chassent, les femmes cuisinent et préparent le thé. La famille n'est pas épargnées par les disputes liées aux choix que la tribu doit prendre : à quel âge les enfants peuvent-ils aller à l'école ? Faut-il poursuivre cette vie nomade ou s'installer en ville où l'on promet une vie plus facile ?

Emballée par le quotidien de la famille j'ai également été transportée par les émotions décrites par l'auteur. Au fil de la lecture ressort un fort sentiment d'amour pour cette vie et également beaucoup de nostalgie. Quelques scènes sont aussi très tristes et pourtant, c'est un message très positif qui conclut le récit. C'est donc une lecture que je recommande.


Ma note :




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire