lundi 26 octobre 2015

Chronique : Les Vitalabri de Jean-Claude Grumberg et Ronan Badel

Lien vers la fiche éditeur pour voir ou écouter des extraits : ici

Résumé :


Une fable profonde, à l’humour piquant, sur le destin d’une famille issue d’un peuple errant mal aimé, qui résonne avec l’histoire et l’actualité.

Les Vitalabri n'ont pas de pays. Ils sont chez eux partout et nulle part. Surtout nulle part ! Parce que ceux qui sont nés quelque part et retranchés derrière leurs frontières infranchissables n'en veulent pas. Alors les Vitalabri, sans abri et sans papiers, avec comme seul bien leur violon, continuent leur route...

Genre : Jeunesse
Conseil éditeur : dès 7 ans
Thèmes :  Exil, immigration, justice/injustice, liberté, racisme/différence


Mon avis : 


Tout d'abord qui sont les Vitalabri ?

On peut tout mettre derrière les "Vitalabris" : les SDF, les sans-papiers, les nomades, les vagabonds, les gitans, les immigrés, les marginaux, les juifs... la liste est longue mais vous avez compris le thème.

Les Vitalabris c'est une famille de ceux-là, qui ne sont pas aimés, qui décident de quitter l'endroit où ils vivent puisqu'ils ne s'y sentent pas chez eux, puisqu'ils sont rejetés. Le jeune lecteur suit cette famille en quête de l'endroit (le pays, la ville) qui voudra bien les accepter. A travers leur voyage, on apprend à mieux les connaître : ce qu'ils aiment faire, comment ils se débrouillent pour dormir, pour manger, les difficultés auxquelles ils sont confrontés, leurs joies et leurs peines.
 
 

Ce roman jeunesse à selon moi deux atouts majeurs :

D'une part les thèmes abordés (listés plus haut) de façon très réaliste, sans hypocrisie, très juste et adaptés à un jeune public. C'est pour moi un excellent moyen d'aborder des thèmes sérieux et d'actualité avec ses enfants même si, à un moment, on fait un pas dans l'Histoire grâce à une subtile suggestion de l'holocauste.

D'autre part, les illustrations de Ronan Badel, dont le trait est très proche de celui de Sampé, colorées à l'aquarelle. La mise en page est également très soignée, le papier est épais et de bonne qualité. C'est un bel objet livre.



Toutefois, et là c'est la lectrice que je suis qui parle, j'ai été très gênée par l'écriture de Jean-Claude Grumberg.
La critique qui suit n'engage que moi et ma sensibilité d'adulte mais je trouve que Grumberg écrit comme le grand-père qu'il est. La plume est lourdaude et très classique notamment dans les dialogues. Autant les passages narratifs sont supportables, on y trouve des touches d'humour, de la justesse, autant les dialogues ont été une souffrance pour moi.
Je n'ai pas envie d'aller plus loin dans la critique et je recommande tout de même l'achat de ce livre parce qu'un enfant n'aura sans doute pas la même analyse du style de l'auteur que moi. Peut être n'en fera t-il pas cas du tout et ce qui compte le plus dans Les Vitalabris ce sont les thèmes abordés.





Ma note 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire